First

Lancement du projet PEPDE et formation des acteurs de la protection de l’enfant !

18 sept. 2019
L’atelier de lancement du projet «Protection de l’Enfant et Promotion des Droits de l’Enfant » (PEPDE) s’est tenu le 10 septembre 2019 à l’hôtel Bénin Métropole à Parakou. Ont participé à cet atelier des acteurs  de la protection de l’enfant venus de douze des quatorze commues des départements du Borgou et de l’Alibori.

Cet atelier de lancement, organisé par le Réseau des Structures de Protection des Enfants en Situation Difficile (ReSPESD), grâce aux financements de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et de SOS Villages d’Enfants-Bénin, dans le cadre de sa campagne « le Bénin au Rythme du Code de l’Enfant », marque ainsi le lancement de cette campagne, commencée depuis 2016 en vue de faire connaître le contenu du Code de l’Enfant aux populations béninoises.

La cérémonie de lancement a été ponctuée par trois discours. Il s’agit respectivement du Directeur National de SOS Villages d’Enfants Bénin et Président du Conseil d’Administration (PCA) du ReSPESD, M. Salimane ISSIFOU, du Représentant des Préfets des départements du Borgou et de l’Alibori M. AGBOTON Eugène et du Représentant des Directeurs Départementaux en charge des Affaires Sociales des deux départements représentant le Ministre en charge  des Affaires Sociales et de la Microfinance, M. FATON Christian, Chef du Centre de Promotion Sociale de Kandi.

A travers son mot d’ouverture, le PCA/ReSPESD a souligné que cette année, le ReSPESD privilégie les départements du Borgou et de l’Alibori à travers sa campagne. Dans cette démarche, un projet a été soumis à l’OIF, qui par son soutien financier permet d’aller au-delà des activités de sensibilisation et de vulgarisation au point d’envisager à travers le PEPDE, un renforcement du système communautaire de protection de l’enfant. Il s’agit de promouvoir les droits de l’enfant notamment de renforcer les capacités des autorités et autres acteurs, de faire le plaidoyer pour le changement des comportements et des pratiques et de favoriser une meilleure participation des enfants à travers des animations socioculturelles. Nous sommes jaloux dira-t-il, du développement de certains pays européens. Il y a des pays qui ont très tôt pris des mesures importantes pour leur développement en mettant la priorité sur la prise en charge et l’éducation des enfants. Il a souhaité que ce lancement soit le début d’une collaboration fructueuse entre tous les acteurs de la protection des enfants dans les deux départements ciblés. M. ISSIFOU n’a pas manqué de remercier l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et SOS Villages d’Enfants pour leur soutien.

Dans son allocution, l’autorité préfectorale M. AGBOTON a rappelé les objectifs du projet PEPDE qu’il juge pertinents pour la promotion des droits de l’enfant. Il a réaffirmé le soutien et l’engagement des deux départements préfectoraux à la mise en œuvre du projet dans leurs communes  étant donné que la question de la protection de l’enfant reste une préoccupation majeure.  

Le Représentant des Directeurs Départementaux en charge des Affaires Sociales des deux départements, représentant le Ministre en charge  des Affaires Sociales et de la Microfinance, M. FATON Christian, Chef du Centre de Promotion Sociale de Kandi, a fait remarquer que plus de 5.600 enfants vulnérables dont 200 enfants dans les Centres d’Accueil et de Protection de l’Enfant (CAPE), 300 handicapés ; 80 enfants en prison, sont difficilement pris en charge ou assistés par les Centres de promotion Sociale (CPS). Cet atelier permettra de faire un pas de plus dans l’amélioration de la prise en charge de ces enfants, selon M. FATON.

Après la cérémonie de lancement, les participants ont suivi une formation sur des thèmes spécifiques à la protection de l’enfant. En effet, trois sujets relatifs à la prise en charge de remplacement pour les enfants, à la désinstitutionalisation, à la politique de protection de l’enfant, au diagnostic participatif et au Code de l’enfant ont été développés. Tous les participants sont manifesté leur satisfaction à la fin de la formation. Les participants ont félicité le ReSPESD et SOS Villages d’Enfants pour leurs efforts en vue d’une prise en charge de qualité des enfants au Bénin.

Le représentant du Directeur Départemental des Affaires Sociales et de la Micro Finance a clôturé l’atelier en espérant que les enfants vulnérables du Borgou et de l’Alibori auront bientôt un meilleur sort que par le passé et que les populations prendront conscience encore plus de leurs responsabilités en matière de protection de l’enfant pour un développement plus sûr de leurs communautés.

SITES D'IMPLANTATION

Nos programmes à Abomey-Calavi, Dassa-Zoumé et Natitingou au Bénin permettent de réaliser les droits de milliers d’enfants. SOS Villages d'Enfants Bénin est membre de SOS Villages d'Enfants International  qui est actif dans 133 pays et territoires dans le monde.